Qu'est-ce que le Tourisme Durable ?

Qu'est-ce que le Tourisme Durable ?

Face à l’explosion du tourisme de masse et ses conséquences néfastes sur l’environnement et les populations locales, le tourisme durable se présente comme une alternative plus respectueuse de l’environnement local. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Quels en sont les principes ? Qui sont les acteurs ?

Nous vous résumons ici l’essentiel du tourisme durable, ses principaux enjeux ainsi que des exemples d'initiatives !

Les problèmes du tourisme de masse

Avec l’essor des vols “low cost”, des voyages à moindre coût et des bateaux de croisière gigantesques, le tourisme a explosé depuis quelques années. 2 milliards de touristes dans le monde : voici les prédictions (ou prévisions) pour 2030. Venise, qui compte 50 000 habitants, reçoit chaque année près de 30 millions de touristes !

Certes, le "tourisme de masse” est une activité prospère : elle représente pas moins de 10% du PIB mondial. Une ville comme Venise réalise chaque année 1,5 milliards d’euros de bénéfices grâce au tourisme.

Seulement, depuis quelques années, c’est surtout l’envers du décor que l’on perçoit de plus en plus : trop de monde, trop de bruits, trop d’incivilités, trop de dégâts environnementaux… les problèmes se multiplient et les populations locales n’hésitent plus à exprimer leur mécontentement.

De plus, tous ne profitent pas des "bienfaits" économiques du tourisme de masse : avec le développement des activités touristiques (sans charme), la multiplication des hôtels, des locations de vacances et l’essor des plateformes de type Airbnb, les quartiers historiques ont perdu de leur authenticité et l'explosion des loyers a fait fuir les habitants. Venise en est un triste exemple : en 1950, le centre historique de la ville comptait 170 000 habitants. Aujourd'hui, il n’en compte plus que 50 000.

C'est en réaction ou en opposition à ces problèmes qu'est apparue la notion de tourisme durable, en référence au développement durable.

Une définition simple du Tourisme durable

L’objectif du tourisme durable est de rendre l’activité touristique compatible avec les enjeux du développement durable. Ainsi, chacune des parties prenantes, du voyageur à l'hôtelier, doit progressivement adopter des pratiques responsables.

Selon L’Organisation mondiale du toursime (OMT), le tourisme durable se définit ainsi :

“Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil”.

En 1995, le Comité 21 (Comité Français pour l’Environnement et le Développement Durable) dégage 3 principes essentiels :

  • Le respect de l’environnement : Il s’agit de préserver la biodiversité et de limiter l’épuisement des ressources naturelles. Cependant, même si certaines companies aériennes ont plus ou moins réduit leur consommation de carburant par trajet, l’impact écologique et les émissions de CO2 dues aux trajets en avion a en définitive très fortement augmenté avec l'explosion du tourisme de masse et la multiplication des déplacements en avion.
  • Le respect des populations locales : La géographe Sylvie Brunel évoque un phénomène de “disneylandisation” de la planète. Elle observe que le tourisme de masse ne porte qu’une faible attention aux populations locales et à leur mode de vie, sans parler des incivilités voire de dégâts ou dégradations occasionnés directement par les touristes suffisamment éloignés de chez eux pour ne pas se soucier des conséquences de leurs actes.
  • Un tourisme équitable du point de vue économique : Le but est de permettre à toutes les parties prenantes de bénéficier équitablement des avantages économiques du tourisme et notamment d'encourager le développement économique des acteurs locaux. Comme pour le commerce équitable, le nombre d’intermédiaires est réduit, les rémunérations doivent être juste et équitables et les conditions de travail décentes.

Pour résumer, le tourisme durable c’est trois piliers qui s'imbriquent et se renforcent mutuellement : social, environnemental et économique.

Les différentes formes du Tourisme durable

Aux excès du tourisme de masse, le tourisme durable répond par la démarche responsable du “live like a local” (vivez comme un local). Il existe une grande diversité de pratiques compatibles avec les enjeux du développement durable.

  • Le tourisme communautaire : Cette forme de tourisme se fixe comme objectif principal le développement des populations locales. Ainsi, l’idée est de leur confier la gestion du tourisme dans une logique participative. De l’accueil des touristes à leur restauration en passant par leur hébergement, les populations locales sont encouragées à prendre part au processus.
  • Le tourisme équitable : Très proche du tourisme communautaire, la raison d’être du tourisme équitable est de garantir une juste redistribution des bénéfices. C’est aussi un levier efficace de mise en valeur du patrimoine et de l’artisanat local. Des agences proposent par exemple des voyages au Guatemala à la rencontre des peuples mayas. En collaboration avec des associations locales, ces voyages permettent la valorisation de leurs activités, dans la pêche comme dans l’artisanat.
  • Le slow tourisme : Inspiré du “slow food”, lui-même opposé au fast food, dont le but était de redonner aux gens le plaisir de manger bien, le “Slow tourisme” veut inciter les gens à mieux profiter de leur séjour en prenant le temps. Loin des “city-tour” express, le slow tourisme propose un modèle alternatif dont l'objectif n'est plus de visiter le maximum de capitales en un minimum de temps. Le voyageur est tenu de se comporter en éco-citoyen, de privilégier par exemple des modes de transport non polluants, de consommer des produits locaux, cultivés dans le respect de la nature.
  • L'écotourisme : Faire de l’écotourisme, c’est voyager tout en prenant soin de l’environnement. L'écotourisme est un levier de sensibilisation au développement durable et met l’accent sur la préservation des espaces naturels. Découverte de la faune et de la flore, échanges avec la population locale, l’écotourisme peut par exemple prendre la forme de randonnées (ou écorandonnées) dans des espaces naturels éloignés des grands axes touristiques.
  • L’agrotourisme : L’Agrotourisme s’adresse à ceux qui recherchent un séjour paisible en campagne et désirent renouer avec le monde agricole. Logés dans des fermes agricoles, les touristes participent plus ou moins activement à la vie de leur hôte. Dans le cadre du wwoofing, il s'agit de travailler bénévolement dans une exploitation agricole bio pendant une période plus ou moins longue et d'être en contrepartie logé et nourri.

Tourisme responsable, tourisme équitable, tourisme éthique, tourisme solidaire, tourisme humanitaire, le tourisme durable se décline en diverses pratiques dont l'objectif est finalement le même : le respect des autres et de l'environnement.

Les Acteurs du Tourisme durable

L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) est une institution rattachée au Conseil Economique et Social de l’ONU. Son rôle consiste à développer le tourisme dans le monde. C’est la première institution qui a donné une définition du tourisme durable et en a exposé les principes. Ayant pris la mesure des grands enjeux sociaux et environnementaux, l’OMT entreprend maintenant de donner une nouvelle dimension à l’industrie touristique.

L’institution a ainsi lancé le dispositif “One Planet” pour soutenir d’ici à 2030 la conversion du tourisme aux pratiques du développement durable. L’objectif global est de réduire l’impact négatif du tourisme sur l’environnement en multipliant les innovations écologiques. L’enjeu est de trouver un modèle qui permette à la fois de maintenir le développement du tourisme tout en évitant d'épuiser les ressources naturelles. En créant un large réseau d’associations et entreprises engagées, “One Planet” réfléchit à des débouchés durables et garants d’un avenir plus respectueux de l'environnement.

L’association des Acteurs du Tourisme durable (ATD) fédère les acteurs du tourisme durable, organise des rencontres et met en valeur les initiatives et bonnes pratiques afin de faire évoluer le secteur vers un tourisme plus durable et responsable. Dans le cadre de ses “Palmes du tourisme durable”, l’association récompense chaque année les professionnels des différents secteurs (voyage, transport, hébergement) pour leurs projets responsables.

Evaneos, agence de tourisme responsable, propose des voyages en groupes restreints via son réseau d'agences locales choisies selon des critères de qualité : elles doivent participer au développement de l'économie du pays dans le respect des populations locales et de l'environnement. Dans une logique équitable, Evaneos tend à réduire le nombre d’intermédiaires et garantit aux agents locaux des emplois durables avec une juste rémunération. L'agence a été certifiée ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) par l’association “Voyageons autrement”. Ce label est la garantie qu’à chaque étape du voyage, Evaneos privilégie des pratiques conformes aux enjeux du développement durable.


Articles similaires