Qu'est-ce que l'Entrepreneuriat Social ?

Qu'est-ce que l'Entrepreneuriat Social ?

ESS

L'entrepreneuriat social est une forme d'entrepreneuriat dont la préoccupation principale n'est ni le profit, ni l'argent, ni la gloire, ni la richesse, ni la coolitude, mais tout simplement l'intérêt général, la société ou encore l'environnement. Découvrez ce que signifie concrètement être un entrepreneur social, avec en plus quelques exemples très intéressants.

C'est quoi un entrepreneur social ? Une définition simple

Un entrepreneur social, c’est tout simplement le créateur d’une entreprise sociale. A la différence d’un entrepreneur tout court, un entrepreneur social n’a pas pour objectif premier le profit mais plutôt d’apporter une contribution positive à la société.

Une entreprise sociale n’a pas pour priorité de faire des profits, contrairement à une entreprise classique. Son but premier est de réaliser des projets à forte utilité sociale, si bien qu’elle peut être amenée à mettre en oeuvre des projets peu profitables sur le plan économique, mais très profitables à la société ou à l’environnement par exemple.

Les projets mis en place par les entreprises sociales touchent à des thèmes comme l’insertion professionnelle, l’aide aux handicapés, le développement durable, l’agriculture biologique, l’économie circulaire ou encore l’aide à la mobilité.

En ce sens, les entreprises sociales font partie de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) qui représente aujourd’hui 10% de l’emploi salarié et compte environ 220 000 organisations en France. Les entreprises sociales représentent ¼ de ces organisations, les ¾ restants étant composés de toutes les associations et coopératives.

Les différents statuts d’une entreprise sociale

D’un point de vue légal, l’Etat oeuvre progressivement à une reconnaissance de ce type d’entreprise.

La loi ESS de 2014 donne une première définition française de l’Economie Sociale et Solidaire en créant deux nouveaux statuts pour faciliter la reconnaissance des entreprises sociales :

  • Le statut “Entreprise de l’économie sociale et solidaire” : il rassemble toutes les entreprises sociales “classiques” comme les associations ou les mutuelles ainsi que des entreprises “commerciales” qui respectent certains critères : avoir pour principal objectif la recherche d’une utilité sociale, mettre en place une gouvernance démocratique et limiter les excédents.
  • L’agrément ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) : L’Etat fixe également trois critères qui conditionnent l’octroi de ce “label” : la recherche d’une utilité sociale, une politique salariale équitable et l’investissement d’au moins 66% des charges d’exploitation dans des activités d’utilité sociale.

Enfin, la loi PACTE actuellement discutée au Parlement prévoit un nouveau statut juridique pour les entreprises qui remplissent des objectifs sociaux et environnementaux. Il s’agit de la “Société à mission” qui requiert le respect de 4 critères principaux :

  • Définir dans ses statuts une “raison d’être” ainsi que des objectifs sociaux et environnementaux
  • Mettre en place des dispositifs précis qui vérifient l’exécution de ces objectifs
  • Publier chaque année un rapport annuel
  • Faire vérifier la mise en oeuvre de ses objectifs sociaux ou environnementaux par un organisme indépendant

Cette multiplication de statuts juridiques peut porter à confusion pour les entrepreneurs sociaux mais ils traduisent un engagement croissant de l’Etat dans le développement de l’Economie Sociale et Solidaire.

De plus, le fait d’avoir un statut réglementé par l’Etat donne des avantages d’un point de vue financier : l’entreprise peut obtenir des fonds de la part de l’Etat (dans le cadre de ses investissements) ou de la part de financeurs privés qui y trouvent des avantages fiscaux.

2 Exemples d'entrepreneurs sociaux

Sur les dix dernières années, les entreprises sociales ont créés 2,5x plus d’emplois que les entreprises classiques. Elles répondent à des besoins durables et se spécialisent dans des secteurs d’avenir comme le développement durable, la croissance verte ou encore l'économie circulaire.

Certaines d’entre elles combinent un engagement social (l’insertion professionnelle) avec des projets qui encouragent le développement durable. Voici deux exemples intéressants d'entrepreneuriat social :

1. Demain : Un exemple d'entrepreneuriat social dans le recyclage

Demain est le fruit d’une petite entreprise de recyclage, Juratri, créée en 1993. Dès le départ, son action prend une couleur à la fois sociale et environnementale puisqu’elle emploie des personnes en situation d’exclusion dans des travaux de collecte et de gestion des déchets. Au fil des années, Juratri multiplie les collaborations avec les entreprises et associations de la région et devient peu à peu le leader local du recyclage.

Sous son nouveau nom “Demain”, elle est aujourd’hui devenue un grand groupe coopératif, pionnier dans l’économie circulaire et l’insertion professionnelle. Chaque année, l'entreprise recycle plus de 30 000 tonnes de déchets, recrute et forme des centaines de personnes exclues du marché du travail. En investissant massivement dans le recyclage et la valorisation de déchets électroniques, elle a créé de nombreux emplois dans le territoire et contribué à améliorer la gestion des déchets.

2. Vitamine T : Un entrepreneur social dans l'insertion professionnelle

Le groupe Vitamine T est une initiative de Pierre de Saintignon, directeur de l’association “La Sauvegarde du Nord”, qui créé en 1978 sa première entreprise d’insertion, “Réabat Bâtiment”. En 1987, l’association possède 4 entreprises d’insertion et décide de les regrouper au sein d’un même groupe : Vitamine T. 

Aujourd’hui, Vitamine T rassemble de nombreuses entreprises sociales qui favorisent l’insertion professionnelle dans des métiers de la sécurité, du maraîchage bio ou de l’économie circulaire. Le groupe s’investit dans des secteurs durables tout en offrant des débouchés professionnels à des personnes en situation d’exclusion. Les membres du conseil d’administration exercent leur fonction à titre bénévole et les actionnaires minoritaires du groupe se sont engagés à ne recevoir aucune rémunération du capital investi.

Le Mouves : exemple d’un acteur influent dans l’entrepreneuriat social

Le Mouves (Mouvement des entrepreneurs sociaux) est une association dont l’objectif premier est de développer l’entrepreneuriat social dans notre économie. Depuis sa création en 2010, l’association cherche à fédérer les entrepreneurs sociaux en leur donnant les moyens de réussir et fait leur promotion auprès du grand public.

Le Mouves multiplie les évènements à échelle locale et nationale pour encourager la coopération entre les différents acteurs de l’entrepreneuriat social. C’est par exemple l’objet de l’Impact Investing Tour, organisé dans toutes les régions de France.

Aujourd’hui, l'association compte 800 adhérents, qui ensemble ont contribué à la création de 27 000 emplois en France.


Articles similaires

5 Exemples d'Entrepreneuriat Social qui vont vous inspirer
5 Exemples d'Entrepreneuriat Social qui vont vous inspirer

5 initiatives d'entrepreneuriat social à la fois admirables, inspirantes et courageuses qui montrent comment on peut contribuer à améliorer la société.

Comment travailler dans l’Economie Sociale et Solidaire -ESS ?
Comment travailler dans l’Economie Sociale et Solidaire -ESS ?

Quels sont les métiers de l'ESS ? Quelles études ou formations suivre ? Où rechercher ? Voici notre guide complet pour pouvoir travailler dans l'ESS.

Qu'est-ce que l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) ?
Qu'est-ce que l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) ?

En France, plus de 2 millions de personnes travaillent dans l'ESS. Mais quelle est la définition exacte de l'ESS ?  Quels en sont ses principes ? Ses acteurs ? Ses champs d'activités ?